Tibet : question de point de vue 2/3

Voici la suite de la traduction de l'article qui opposent 2 points de vue sur la situation tibétaine et dont les sources sont ici (Rangzen.com).

1/3 > L'histoire du Tibet vu par la Chine et par le Tibet.
2/3 > La reconnaissance internationale du Tibet.
3/3 > La libération hypothétique du Tibet.


(et si vous trouvez des erreurs de traduction, je les corrigerai avec plaisir eu égard à mon niveau surhumain en anglais.)

Drapeau chinoisLes Gouvernements Mondiaux Ne reconnaissent PAS le Tibet : Perspective Chinoise

La Chine affirme qu'aucun pays n'a jamais reconnut le Tibet. La Chine soutient aussi que la Grande-Bretagne a échafaudé la Conférence Simla (1913-1914) en complicité avec les individus pro-britanniques Tibétains. Tous les deux ont voulu séparer le Tibet de la Chine.

Au moment de la Conférence Simla, même si la "Ligne de McMahon" a été négociée entre le Tibet et la Grande-Bretagne, à la fin de la conférence divisée en trois du statut du Tibet et des limites, les fonctionnaires chinois qui ont été présents ont refusé de reconnaître "la Ligne" en raison du fait que le Tibet était subalterne à la Chine et n'avait aucun pouvoir de faire n'importe quels traités.


Drapeau chinoisLes Gouvernements Mondiaux Reconnaissent le Tibet : la Perspective tibétaine.

La loi internationale déclare que la reconnaissance peut se produire par les actes explicites ou implicites incluant des traités, des négociations et des relations diplomatiques.

- La Mongolie et le Tibet ont signé un traité formel de reconnaissance en 1913.
- Historiquement, le Népal et le Tibet avaient des traités de paix.
- L'indépendance du Tibet a été aussi confirmé par le Traité de Simla (1914) conclut entre le Tibet et l'Inde Britannique.

En 1949, le Tibet a maintenu des relations diplomatiques, économiques et culturelles avec des pays comme le Népal, le Sikkim, la Mongolie, la Chine, l'Inde britannique et dans une certaine mesure, la Russie et le Japon. De plus, le Népal a maintenu un Ambassadeur à Lhassa et a dit aux Nations Unies en 1949 qu'il a accompli des relations internationales avec le Tibet. En fait, le Britian, le Bhutan, l'Inde et même la Chine a aussi maintenu des missions diplomatiques dans la Capitale du Tibet, Lhassa.

Le Ministère des Affaires étrangères Tibétain a accompli des discussions avec le Président Franklin D. Roosevelt quand il a envoyé aux représentants à Lhassa pour discuter l'effort allié de guerre contre le Japon, pendant la Seconde Guerre mondiale. En 1950, le Salvador a officiellement demandé que l'agression de la Chine contre le Tibet ait été placée à l'ordre du jour de l'Assemblée Générale des Nations Unies. La question n'a pas été discutée. Pourtant, pendant quatre Assemblées Générale des Nations Unies, beaucoup de pays (par ex. les Philippines, le Nicaragua, la Thaïlande, Les États-Unis, l'Irlande) ont discutés du Tibet (1959, 1960, 1961 et 1965), ont ouvertement déclarés que le Tibet était un pays indépendant illégalement occupé par la Chine.

En fait, les Nations Unies ont passés trois résolutions (1959, 1961 et 1965) concernant le Tibet déclarant que les Tibétains furent privés de leurs droits inaliénables d'autodétermination. Même Mao Zedong en mars Long a reconnu que le Tibet était un pays indépendant quand il a traversé les régions frontalières disant du Tibet, "c'est notre seule dette étrangère et plus tard nous devons payer le Mantzu (sic) et les Tibétains pour les provisions que nous avons été obligés de prendre d'eux." Les Tibétains constituent clairement les gens conformément à la loi internationale, comme décrit, par exemple, par l'UNESCO la Réunion internationale d'Experts sur l'Étude de Plus du Concept des Droits de l'Homme. Ils sont les gens distincts et réalisent toutes les caractéristiques de ce concept : la communauté histoirique, la langue partagée, la culture et l'ethnie.