La majorité à 21 ans : une réalité neurologique

La plupart des psychologues et neurologues sont d'accord là dessus, le cerveau d'un adolescent de 18 ans n'est pas "terminé".

La majorité à 21 ans existe en France, depuis 1792. En 1974, sous la présidence de Valery Giscard d'Estaing, la majorité passe à 18 ans... pourquoi ?

[...]le garde des sceaux, Jean Lecanuet, avait proposé d'accorder le droit de vote à 18 ans et de maintenir la majorité civile à 21 ans. Mais c'est l'Assemblée Nationale elle-même, au moment de la discussion du projet de loi, qui est allée plus loin en accordant la majorité à 18 ans. Politiquement, c'était risqué car, sociologiquement, la jeunesse penche davantage à gauche qu'à droite. Mais comme aucune échéance électorale ne devait avoir lieu avant plusieurs années (NDLR : les prochaines élections étant en 1981), la réforme a été maintenue.

Sociologiquement risqué... j'aurais dit "politiquement risqué"... quoi que.
Mais alors quels bénéfices ont été retirés de cette mesure ?

Pour en avoir une petite idée, il faut déjà savoir que les allocations familiales sont offertes pour chaque enfant mineurs présents dans la famille. On voit immédiatement les économies énormes qu'a du faire le gouvernement en supprimant 36 mensualités d'allocation... par famille !
En 2009, c'est un manque à gagner pour une famille de deux enfants de plus de 11 ans de près de 160 euros par mois (chiffres Caf) soit 5760 euros pour les 3 années supprimées (on pourrait en payer des études avec cet argent).

Un sacré pouvoir d'achat en moins non ?

L'argument suivant et c'est pour moi le principal, contrairement à ce qui est dit dans l'extrait plus haut, ne met pas en péril quoi que se soit en terme de politique (je ne vous parle même pas du côté sociologique) pour la simple et bonne raison... si, si, qu'un adolescent de moins de 20 ans est tout ce qu'il y a de plus malléable en terme, entre autre, d'opinion politique.

En effet, le cerveau de nos enfants est en chantier dès leur plus jeune âge et ce, jusqu'à une vingtaine d'année. C'est pourquoi on peut les voir :
[...]écouter de la musique à un niveau sonore suffisant pour réduire son appareil auditif en marmelade [...] déclencher une guerre nucléaire parce qu'on lui avait demandé de descendre les poubelles [...] se mettre en danger, à changer de personnalité, à s'identifier à des desperados ou à écouter les Spice Girls, qui sont ce que la Grande-Bretagne a produit de pire depuis la vache folle


Pourquoi toutes ses actions dangereuses pour eux, alors qu'on ne fait que leur "rabacher" à longueur de journée que ce n'est pas bon pour eux ?

[...]le lobe frontal, que l'on considère souvent comme le "centre de décision" du cerveau [...] est impliqué dans la planification, la stratégie, l'organisation, la mobilisation de l'attention, la concentration. "En gros, c'est la partie du cerveau qui nous distingue le plus de la bête", dit Giedd (neurologue). C'est celle qui a changé le plus au cours de l'évolution humaine, qui nous permet de faire de la philosophie, de penser sur la pensée ou de nous interroger sur notre place dans l'univers… Pendant l'adolescence, cette partie du cerveau n'est pas encore terminée.


Comment alors, peut-on leur confier l'élection d'une personnalité qui dirigera leur pays ? Ca n'a aucun sens, si ce n'est de gagner, par le biais de leur opinion en pâte à modeler, quelques centaines de milliers de voies.

Sans compter que les parents se retrouvent à gérer des "petits adultes" prêt à tout pour faire savoir à leurs tuteurs, qu'à 18 ans, ils sont majeurs "... et va chier, merde !".

Sans compter que c'est un âge ou ils sont plus facilement exposés aux drogues comme la cigarette et l'alcool :
Par une cruelle ironie de la nature (NDLR : ou un savant calcul des services marketing de grandes sociétés de cigarettiers), c'est précisément à ce moment où le cerveau est le plus vulnérable que les jeunes se trouvent le plus exposés aux drogues ou à l'alcool (NDLR : sans déconner !? ). On a observé depuis longtemps que les dépendances les plus tenaces sont celles qui remontent à l'enfance ou à l'adolescence. Par exemple, les fumeurs qui ont commencé à 10 ou 12 ans auront plus de difficulté à abandonner le tabac que ceux qui ont commencé à 20 ans. Dans le cas le plus extrême, la consommation d'une drogue pendant cette période sensible peut affecter le cerveau non seulement durant une soirée ou un week-end mais pendant toute une vie.


C'est pourquoi je milite officiellement, à partir d'aujourd'hui, pour le retour de la majorité à 21 ans. Un âge naturellement sain pour un être humain "fini", qui voudrait prendre son envol dans une société ou il doit avant tout apprendre à réfléchir, avant d'apprendre à travailler (n'en déplaise à nos entreprises).

Un âge, ou lui donner le pouvoir de désigner un dirigeant national, ne sera plus un choix médiatique prédéfini, mais un choix réellement personnel.

PS : et j'en profite pour rappeler que la vente de tabac et d'alcool est interdite aux mineurs... bande de dépravés

Sources : Politique.net, Wikipedia, Le Nouvel Obs