Point de vue sur les USA : 3ème partie

Retrouvez les 1ère partie et 2ème partie.


Le système de santé


Je n'ose pas non plus parler du "Medic" !
Les soins sont hors de portée de la classe "basse" (bien sûr) mais moyenne et aussi maintenant "moyenne supérieure" ! Les enfants scolarisés au dessus de la "high", ne sont plus pour la plupart, pris en charge sur l'assurance de leurs parents et doivent faire l'objet d'une assurance particulière, plus chère encore que celle de leurs parents parce qu'ils ne travaillent pas et n'ont pas de biens

Des personnes PAR CENTAINES meurent tous les jours faute de soins aux USA ... et on ne le sait ou on ne le dit pas !
Des personnes, des enfants... qui pourraient être soignés ou guéris ne le sont pas faute de $... ou parce que les hôpitaux, les soignants refusent maintenant les C.C, n'ayant plus confiance dans les banques et le système financier. Là aussi, la plupart du temps, les assurances sont indexées sur la valeur des biens : plus de biens ou des biens dont la valeur décroît = plus d'assurance ou assurance plus chère !


Conclusion


La liste est longue et ma description bien que paraissant "catastrophique" n'en reflète pas pour autant la limite. La RÉALITÉ est bien pire encore aux USA , le20"premier" pays de la planète. J'y ai vécu, j'ai été une "green-card" et une américaine convaincue de vivre dans le plus beau pays du monde !

J'en suis revenue, non pas "déçue" (enfin quand même un peu) mais surtout EN COLÈRE après moi même d'être rentrée ainsi dans un système trop beau pour être vrai et surtout d'y avoir placé mes enfants.

Les USA sont un "Eden virtuel" où les habitants sont manipulés par le système qui les "empêche" par la facilité qu'il procure (procurait plutôt car tout est bel et bien fini) de se rendre compte des réalités. C'est comme une grande secte où le gourou-crédit décide de tout mais en vous donnant l'impression de décider vous même en vous ôtant tout "soucis", toute difficulté financière pour peu que vous ayez accès à la carte à puce miraculeuse (et 85% de la population y a accès... suffit d'ouvrir sa boîte aux lettres le matin pour en avoir une nouvelle, une de plus !)

Ils sont un "Eden virtuel" placé sous le signe de la religion, du "tout beau, tout gentil"... mais où les sheriffs tirent dans le dos des délinquants (surtout si ils ne sont pas blancs ou propres sur eux) et où les gosses se promènent dans les écoles avec des couteaux ou des armes

Une religion omni-présente qui décide en couvert, même de la politique, du social, des "communities"... mais qui, lorsque les gens sont en difficultés, qu'ils ne peuvent plus sortir leur C.C... ne se montre pas ou les rejette du système.

Je vais arrêter là en ajoutant simplement qu'à la différence de (peut-être) 200 millions de personnes aux USA, j'ai la chance d'avoir une autre nationalité ! Aujourd'hui je suis fière et CONTENTE d'être française et je peux affirmer qu'il faut vivre hors de France pour comprendre la beauté de ce pays et les avantages de son système social et aussi des "avantages" de la mentalité du français moyen... Râleur, bougon, pas forcément "propre sur lui", poli et tout beau tout gentil...mais ô combien solidaire et franc quand "ça va mal" ! UN système certes certainement "imparfait" ou perfectible mais ô combien "rassurant" quand on a connu celui du "premier pays" !

Aux USA, la Louisiane n'a reçu AUCUNE aide du gouvernement ou des autres états. La Californie en feu, brûle sous l'indifférence de tous... En France, une tempête à Maubeuge ou à Bordeaux et c'est le pays entier qui se mobilise... y compris les DOM-TOM !

Merci de m'avoir lue !

1ère partie - 2ème partie

Vous avez tout lu, Bravo !
Après avoir lu tout cela, on ne peut que se dire qu'il fait bon vivre en France.
C'est sans doute vrai.

Comme cette émigrée repentie le souligne à la fin de sa lettre, ce qui fait la force du français franchouillard, c'est de savoir s'unir dans les difficultés. Il lui faut un leader pour lui dire d'y aller, mais il y va.

Gardez donc cet état d'esprit qui fait de vous des êtres à part et donnez l'exemple aux autres population qui, habitués à tout, laisse filer leur libertés en regardant ailleurs.


Publié par l'Animal Penseur