Laisser couler parce qu'on n'a pas peur

Manchester vient de subir ce 22 mai, un attentat revendiquée par DAECH.

Pourquoi en Angleterre, pourquoi une salle de concert, pourquoi des enfants et comment les arrêtent-on ?

Les spécialistes du terrorisme avancent l’idée que cibler l’Angleterre est la conséquence de son engagement dans le conflit face à DAECH en Syrie. Les spécialistes toujours, estiment que tuer des enfants est une vendetta contre les bombardements sous lesquels meurent leurs propres enfants. Pour terminer la salle de concert, la cible serait le symbole de notre décadence, les extrémistes de DAECH ne supportant pas l’idée de la musique et de la frivolité.

Comment met-on fin à cette folie qui tuent les enfants et brisent des familles entières ?

Si tu gardes en tête, toi qui me lit, que nous ne sommes que de la main d'oeuvre sans aucun valeur, remplaçable par des travailleurs détachés et autres migrants qui fuient les guerres que nos gouvernants financent, alors tu comprends que les politiques se foutent pas mal que nous (quantité négligeable) soyons la cible de la colère de ces gens à qui les pays riches, sous des prétextes fallacieux de lutte pour la démocratie, volent des ressources pour fabriquer des téléphones, pomper du pétrole ou du gaz... qu'ils te font acheter à prix d'or à des sociétés au sein desquelles ils ont siégé, siègent, ou siègeront au conseil d’administration.

Au Mali par exemple, la France est présente militairement pour protéger les entreprises Française comme Areva et les mines d'Uranium nigérienne

Ouh là là, est-ce que je viens de dire que ces attaques étaient justifiées ?
Non, pas du tout. Je dis juste que les actions internationales de nos gouvernants ont des origines... et des conséquences.

Stopper les interventions internationales est une des solutions pour endiguer les attentats, mais en attendant que ça arrive (si ça arrive un jour, et je n'y crois pas une seconde), l'autre solution est de mettre dehors, ou d'enfermer, les personnes fichées S. Malheureusement, ce n'est pas fait non plus et la population en détresse apprends presque à coup sûr que le terroriste qui s'est fait sauter "était connu des forces de police". Incompréhensible !

Gérer la peur, c'est gérer la population

"N'ai pas peur, continue à bosser et à faire les magasins tout va bien se passer, on gère"

Tant que tu continueras à croire que tu es à l'abri des représailles de ces actions, même après un attentat (grâce au discours bien huilé du "n'ayez pas peur, soyez fort, vous n'allez quand même pas cesser de vivre" qui veut dire ni plus ni moins que "N'ai pas peur, continue à bosser et à faire les magasins tout va bien se passer, on gère"), tu n’auras pas l’idée de mettre la pression sur ton gouvernement pour qu'il arrête ses conneries à l’étranger.

Si on vous octroie le droit d'avoir peur, on devrait également vous octroyer le droit de vous défendre... et ça, il n'en est pas question !

Oui, toute personne normalement constituée devrait avoir peur après ce genre d'évènement. Elle devrait éviter les endroits surpeuplés comme les salles de concert, les grandes surfaces et les regroupements massifs. Comme le disait un de mes contacts féru de combat, la peur, c'est ce qui a permis à l'humanité de se protéger, de prévoir sa fuite, d'anticiper une attaque en élevant des défenses autour de chez lui et en s'armant.
Mais voilà le problème. Si on vous octroie le droit d'avoir peur, on devrait également vous octroyer le droit de vous défendre... et ça, il n'en est pas question !

La parabole de l'agression

Voici une petite histoire que toute personne trouvera complètement idiote tellement le scénario est... idiot.
  • Ah ah, je surveille les méchants garçons pour qu'ils n'agressent pas les petites filles.
  • Attention, ce garçon va agresser une petite fille.
  • Oui oui, je le surveille ne t'inquiète pas.
  • Mince, le méchant garçon a agressé la petite fille. Pourquoi tu n'as rien fait ?
  • Si si, je t'ai dit que je le surveillais. Ce garçon est vraiment méchant, cache toi derrière moi.
  • Oui mais vas-tu me protéger mieux que cette petite fille ?
  • Bien sûr, regarde comme je suis fort. J'ai des armes. Et pour mieux te protéger il faudrait que je te surveille un peu mieux.
  • Pourquoi ne pas arrêter les méchants garçons que tu surveilles déjà ?
  • Ils sont nombreux et imprévisibles.
  • Alors me surveiller ne sert pas à grand chose. Pourquoi ne pas me donner de quoi me défendre ?
  • Ouh là pas question. Qui sait ce que tu ferais avec. Et puis j'ai peur que tu l'utilises contre moi. Non non, fais moi confiance.
  • Ah bon d'accord. Heureusement que tu me protèges alors. Tiens, attention, un autre garçon méchant.
  • Oui, oui.. je l'ai vu.

Vous trouvez ce dialogue complètement con ? C'est pourtant ce que nous acceptons, chaque jour, à chaque publication d'une nouvelle loi liberticide, et à chaque prolongement de l'état d'urgence.

Mais attention... puisque l'état d'urgence n'empêche pas les citoyens d’Europe de mourir (et parce qu'il reste tout plein de lois liberticides à sortir et avec ton accord s’il te plaît), la prochaine étape c'est l'état de siège, déjà réclamé en juillet 2016 par un député Les Républicains.

Devrait-on rester les bras ballant, laisser faire, parce qu'on n'a pas peur ?