Les élections : Parabole de la voiture en panne

Imaginez une voiture. Vous faites le plein et vous mettez au volant, souhaitant prendre des vacances. Appuyant sur l'accélérateur, vous êtes surpris ! En tournant à droite, votre voiture tourne à gauche, en passant la première, elle recule... bref, non seulement elle ne vous emmène pas ou vous le voulez mais en plus elle vous a presque tué.

Vous laissez donc tomber l'idée de partir en vacances cette fois-ci et la faites réviser. - "C'est fait, impeccable, plus de soucis" vous dit le garagiste.

Le mois suivant, vous vous frottez les mains, vous avez un long week end en vu. Vous refaites le plein (parce que même à l'arrêt le réservoir se vide), remontez dans la voiture, prêt à partir, et là votre voiture une fois encore n'en fait qu'à sa tête.

Bien évidemment vous ne comptez pas refaire le plein pour cette voiture qui n'accomplit pas le travail pour lequel vous l'alimentez. Vous la balancez et changez de voiture.

Les élections c'est pareil. Avec votre bulletin, vous alimentez un système qui n'emmène personne ou il le souhaite. La première chose à faire c'est de ne plus l'alimenter par votre vote : l'abstention.
le jour ou le vote blanc sera reconnu pour ce qu'il est, on en reparlera.

Notre système est en panne et mérite la casse, rien de moins !