Transport en commun, transport pas malin

Les transports en commun sont gérés par une société de transport de marchandises.

Si vous étudiez ce parallèle vous comprendrez un peu mieux pourquoi même en période de vacances scolaires les rames de métro sont pleines :

- Les quais sont des entrepots
- Les rames sont des camions
- Les stations sont les sociétés à livrer
- Les marchandises sont des usagers

En période scolaire, les étudiants vont en cours, et leurs parents au boulot. Délai de passage entre les rames, environ 30s et les rames sont pleines. A priori, le délai de passage est raisonnable puisqu'un délai plus cours semblerait dangereux. Donc, on accepte.

En période de vacances scolaires par contre, comme c'est le cas actuellement, les étudiants ne font plus le trajet, et ils sont même parfois partis en vacances avec leurs parents. Du coup, on pourrait penser qu'il y a moins de monde sur les quais et par conséquent qu'on sera plus à l'aise dans les rames... et bien non, pas du tout, elles sont pleines quand même et pour cause, le délai de passage des rames est de 1mn30 à 2mn ce qui laisse le temps aux usagers de s'entasser sur les quais.

Les sociétés de transport gèrent les flux de passagers comme des marchandises, et elle ont des stocks de passagers/marchandises à gérer en flux très précis. Lorsque la rame arrive, elle ne doit pas repartir "à vide" ou peu remplit, cela couterait trop cher. Et pourtant elles touchent des subventions de la part des communes.

L'économie parle une fois de plus avant l'humain.

Hors, en gérant les passagers comme des marchandises, on oublie que ce sont les bras du pays qui arrivent au boulot déjà stressé et donc déjà moins productif... un comble il me semble.
Peut-être que ces sociétés de transport pourraient jouer le jeu de l'ouverture pendant les vacances... ca permettrait justement aux automobilistes de tester ce type de transport dans de bonnes conditions.

Cela dit, on ne devrait pas trop se plaindre, nous européens, alors qu'au Japon le quotidien du transport est plus qu'effarant.