Le redoublement en point de mire

Xavier Darcos, ministre de l'éducation NationalJe lis dans le journal online "Le Figaro.fr" un article sur le redoublement.

Quelque soit le soucis auquel les français doivent faire face, ils ont le droit à un sermon sur :
"En Allemagne ils font comme ça depuis longtemps !"

Remplacez l'Allemagne par n'importe quel autre pays européen, ça marche quand même.

M. Xavier Darcos, ministre de l'éducation de son état, aurait fait parvenir à certains chefs d'établissement ayant un fort taux de redoublement, de diminuer ce chiffre de façon darco draconienne. Le redoublement ne serait pas bon pour les élèves.

Un des arguments mentionne que les élèves sous le coup d'un redoublement ne l'étant qu'à cause de quelques matières, les placer dans une classe identique deux fois de suite, les mettrai dans une situation de "je me fais chier dans les matières ou j'étais à l'aise" ce qui entrainerai une réaction du type "je suis pas plus motivé pour bosser les matières ou faut que je bosse".

Notre système d'éducation n'a rien à voir avec celui des pays cités en exemple régulièrement (finlande, corée, etc.), comment pourrait-on utiliser en France, des mesures appliquées là-bas ?

Notez que l'argumentation est intéressante, mais elle doit trouver une réponse adaptée à nos contrées.

Dire que les élèves en difficulté devront suivre des cours du soir pour rattraper uniquement les matières à problèmes, encore une fois ce n'est pas le soucis. Là ou je m'interroge, c'est que ces cours seront donner par des enseignants à qui ont ne veut pas donner de poste dans l'éducation nationale pour cause de restrictions budgétaires. Ce qui les obligeras eux, à avoir des tarifs prohibitifs (trop élevés) et que par conséquent, la tranche de population qui pourra y accéder sera restreinte, augmentant la fracture entre le haut et le bas de la société.

Bref, une privatisation de la deuxième chance.