La faim du monde à Rome

Suivant un reportage vu sur France 2 hier (le 03/06/2008) voici un report des chiffres et des informations entendues.

1 enfant meure de faim toutes les 5s.
Il y a 860 millions d'affamés sur la planète soit 1 terrien sur 6.

Les émeutes de la faim en Egypte ont pour origine le doublement du prix du blé en moins de 16 mois (entre janvier 2006 et avril 2008). Il coute actuellement 5.56 euros pour 27kg (soit 0.21 cts le kilo).

Le riz est passé quant à lui à 12.6 euros pour 45 kg (soit 0.28 cts le kilo) dans le même temps.
En Haïti, c'est la denrée de base, mais il est importé d'Asie. Son prix de vente à provoqué le premier renversement d'un gouvernement.

D'autres pays sont touchés, tous dans l'hémisphère Sud.

Nourrir la planète est l'enjeu de la conférence de la FAO qui a lieu à Rome en ce moment.

Au cours de cette conférence, notre PRNS affirmait qu'il fallait aider les pays pauvres à se doter d'agriculture moderne permettant leur auto-suffisance.
La France aurait doublé son aide, "offrant" 100 millions de dollars (soit environ 65 millions d'euros, 1 euro = 1.54 dollar). Ca s'appelle du Food Assisting (Aide Alimentaire).

Seulement voilà, cette aide ne plait manifestement pas au président du Sénégal Abdoulaye Wade qui, apostrophant l'assemblée disait :
"Le concept de food assisting est dépassé. Nous ne pouvons pas continuer à être alimenté comme des mendiants, je l'ai déjà dit. Il faut dépasser cela pour assister l'agriculture"


En 2030, la Terre devrait compter près de 9 milliard d'habitants. Selon la FAO, il faudrait multiplié par 2 la production alimentaire.
Les ingénieurs agronomes estiment eux que la production accrue et une meilleure répartition suffira dans les années à venir à nourrir la planète.

NDLR : je vous pari qu'ils misent sur les OGM et leur caractéristiques révolutionnaires pour augmenter les rendements.

Pour moi la première chose à faire est par exemple d'arrêter de produire du carburant sur les terres cultivables, et je ne suis pas le seul à penser comme ça.

Même les pays émergents les plus dynamiques "sont" concernés par cette crise alimentaire. En Inde (ou l'on vit avec moins de 1 euros par jour), le taux de croissance à 2 chiffres ne suffit pas à vaincre la malnutrition.
C'est un pays ou 6000 enfants meurent chaque jour. La malnutrition favorise les maladies qui abaissent les résistances et provoquent des maladies... un cercle sans fin.

D'après l'ONU, 221 millions de personnes souffriraient de malnutrition.

Dans ce reportage on entend la voix off nous dire :
"Si l'Inde ne connait plus la famine depuis les années 60, elle est loin d'avoir gagnée la bataille contre la faim."


Dites moi "voix off", ça s'appelle comment quand on meurt du manque de nourriture ?

Les causes de ces cataastrophes humaines seraient d'après (d'après l'article canadien cité plus haut) :
- les coûts croissants de l'énergie,
- une demande plus importante de viande et de produits laitiers émanant de certains pays en développement,
- des restrictions commerciales
- ainsi qu'une demande accrue de biocarburants

Les couts croissants de l'énergie :
C'est un affaire politique. Aucun projet n'est subventionné à hauteur de la tâche importante qu'il représente à cause, c'est évident de la main mise des véhicules à pétrole.

Une demande important de viande et de produits laitiers :
Il est étonnant de voir que les pays demandeurs, ne l'étaient pas auparavant. Pourquoi ? Parce qu'ils n'en consommaient pas du lait, parce qu'ils n'en ont pas besoin. C'est envie du "toujours plus de client", du nouveau marché, qui fait que les productions doivent constamment augmenter et ce, on le constate en ce moment, pour de mauvaises raisons.
Le lait, par exemple, est toujours sur la sellette dû au maladie qu'il provoque et c'est flagrant dans les pays ou il n'est pas produit notamment les pays du sud-est asiatique.

Bref, la faim dans le monde, mais on sait tous, pourrait être évitée, mais ne l'est pas, pour des raisons bassement commerciales et ça, c'est plus bas que tout.