La Chine kidnappe la flamme

Les banderoles du Golden GateLes news du parcours de la torche :

C'est vers 15h (heure locale) et pendant près de 45 minutes que la flamme aurait disparu (encore les hommes en bleus) dans un entrepôt de San Francisco.

Gordon Brown, le Premier ministre britannique, n'assisterait pas à la cérémonie d'ouverture.

Le président des USA, G. W. Bush aurait dit :
"il serait opportun pour le gouvernement chinois d'ouvrir le dialogue avec les représentants du dalaï lama."

Le président du Parlement européen, Hans G. Pöttering, pose ses conditions. En cas d'absence de dialogue de Pékin avec le dalaï lama, il appelle les responsables des pays de l'Union européenne à envisager de boycotter la cérémonie d'ouverture des jeux Olympiques de Pékin.

En dehors du parcours, les réactions sont nombreuses. Celle de Jean-Luc Mélanchon, sénateur de l'Essonne, par exemple m'a fait sursauter.

En effet, il déclare sur son site internet :
"il flotte un relent nauséabond de racisme sur cette marmite !"

Je ne comprends pas cette réaction, sachant que c'est de génocide culturel et humain qu'il s'agit.

M. Mélanchon, que j'apprécie d'habitude, me semble à côté de la plaque. Il n'est jamais trop tard pour bien faire (il dit dans son article qu'il fallait protester avant les JO, pas pendant). Les medias ne se prennent d'amitié pour les tibétains que parce que l'opinion publique réclame cette attention qu'ils n'ont jamais eu... et les JO sont le moment idéal pour le faire.

La parole n'a pas été donné au peuple lors de la participation de la Chine, et bien désormais, le peuple la prend, la parole.

Si racisme il y , c'est le peuple tibétain qui en est victime, et non les chinois, qui je le rappelle n'ont pas accès aux informations que nous avons en occident.

Mais il dit aussi :
"le boycott des jeux est une agression injustifiée et insultante contre le peuple chinois"

Là on ne peut qu'être partiellement d'accord puisqu'effectivement, la population chinoise n'y est pas pour grand chose (à part, prêter ses bras aveuglément pour tenir des fusils qui tuent des tibétains... ça me rappelle vaguement un truc du début des années 40 ça).

Cela dit, le gouvernement chinois et les chinois, c'est comme la France énoncée par le Président de la République et la population française (réflexion faites dans un article précédent)... en fait, l'un prête des propos à l'autre dont il ne connais pas grand chose, et vice versa.

Le Dalaï-Lama, chef spirituel ET chef du gouvernement tibétain, n'en déplaisent aux medias français, à solliciter le concours de M. Gorbatchev pour tenter de désamorcer la crise au Tibet.

Les medias peinent à ramener l'ordre. Ils peinent mais ils essaient. On entend même un Daniel Bilalian déplorer: «nos amis chinois sont très présents et très stressés."
Un petit coup de pouce discret à la diplomatie française qui ne sait plus sur quelle pied danser.

Pourtant certains d'entre eux, plus présent sur le terrain, prennent des coups.

Mais quand même, le feuilleton à suivre ce sont les actions "des hommes en bleus". Sur cette vidéo, on voit bien qu'ils maitrisent tout


Pour suivre le déplacement de la torche et ses aléas allez donc faire un tour sur 20min.fr.

Vous pouvez aussi vouloir revivre le parcours de Londres, ou de Paris.