En France, la Chine joue à domicile.

Quelle différence y a-t-il entre le Président de la République et les français ?
Quand le PR dit : "La France veut..." il dit en fait "Je veux..."
Quand un français veut dire "Je veux...", il manifeste.

Et le peuple français, ce lundi, vient de retrouver sa voix de défenseur des droits de l'homme. Il vient de clamer au monde entier :
"La France ne veux pas !"
Elle ne veut pas que le peuple tibétain continu de souffrir dans l'ombre, sous la répression d'une Chine qui maitrise les marchés financiers et tiens le Monde en laisse. La démonstration de puissance des "hommes en bleu" fût tellement flagrante que la France ne peut plus se dire libre de ses mouvements.

Et pour rattraper le coup, les journaux sont unanimes, la France se doit d'avoir honte du comportement de ses "cons de citoyens".
L'AFP nomme les groupes de tibétains des lobby et affirme que le fait d'avoir éteint la flamme olympique est une victoire des pro-tibétains "...transformant cette journée en véritable fiasco.", fin de citation.

Fiasco, ça non. C'est une grande victoire pour le Tibet (au sens des français, pas du gouvernement). Malheureusement, aux dires des représentants chinois, même après ces évènements, la Chine ne modifiera en rien ces relations envers le Dalaï-Lama.

Dès hier, les pressions sur les manifestants augmentaient. En effet le CIO remet en question le symbole du parcours de la flamme dans les prochains JO. Une façon de dire à cette bande d'empêcheur de tourner en rond turbulents : "Si vous ne vous calmez pas, on vous interdira l'accès à la flamme."

J'ai même entendu au journal de France 2 hier soir que les chinois estimaient que les actions menées par les indépendatistes envers le flamme étaient un mauvais calcul et que ces pays s'isolaient d'eux-mêmes. Pour ceux qui auraient du mal, ce sont des menaces de représailles financières qui disent grosso modo "Cessez ou nous n'achéterons plus chez vous !".

Et alors que certains se demande si le parcours de la flamme 2008 ne devrait pas plutôt être purement et simplement annulé, les organisateurs chinois quant à eux maintiennent que tous les pays prévus sur le parcours mondial verront passer la flamme olympique... et pour cause. Au vu de ce qu'il s'est passé à Paris, les chinois ont tout intérêt à faire la même chose partout ailleurs : montrer que sont eux qui dirigent les opérations, au nez et à la barbe des autorités des pays concernés.

Dans un des journaux gratuits (ou cette actualité marquante prenait 2 colonnes en page 5, alors que les affaires sexuelles du président de la FIA prenaient toute un page) on peut lire un titre tiède : "La Chine fait vaciller la flamme".
Mince ! La Chine A éteint la flamme par deux fois et ce, sous le nez des athlètes impuissants (alors que certains d'entres eux n'auraient eu qu'à lever les bras pour la mettre hors de portée... mais si, un grand costaud avec un badge).

Vous pouvez retrouver les images des incidents sur le site du Figaro.

Et aujourd'hui, que dire du parcours de San Francisco qui est prévu... pour changer sans cesse.
Une flamme qui fera le tour de la ville sans être vue. C'est peut-être dû à la population chinoise qui représente quand même 1/3 de "Saint Francis".

Heureusement, le Golden Gate a eu sa décoration et a fait parler de lui avant même l'arrivée de la torche.

N'oubliez pas qu'il est importaant de regarder l'actus par les deux bouts de la lorgnette. Retrouvez le parcours de la flamme sur CCTV et Xinhua (2 sites d'informations chinoises)

Continuez de suivre l'actualités et
Vive le Tibet Libre