Le salaire présidentiel s'enflamme, le peuple aussi.

Dollar styliséUne épine réveille le furoncle sur le pied du peuple... celui qui l'empêche de marcher droit.

En effet, le salaire de notre PR vient d'être revue à la hausse.

Plusieurs questions sont posées et ont toutes trouvés une réponse.
Pour bien comprendre le problème, étudions d'abord les faits (on verra les émotions après).

Est-bien le PR qui augmente son salaire ?
Non.
C'est l'Assemblée Nationale qui a voté un amendement définissant le salaire présidentiel, alors qu'il n'y avait pas de règles avant lui. Cela dit, l'Assemblée Nationale l'a fait sur une impulsion... d'ou vient-elle ?

De combien est-il augmenté ?
En annoncant 140%, la plupart des journalistes se sont loupés. C'est plus de 170% d'augmentation qui a été alloué au PR, soit un salaire net de 19 331 euros au lieu de 7 084.
On pourrait se demander d'ailleurs ou est l'opposition ?

Pourquoi est-il augmenté ?
D'après bon nombre de journaux en ligne, ce serait pour des raisons de justice. Son premier ministre touchait plus que lui (un simple ministre toucherait 13.471 euros d'après le Figaro ), et c'est pas juste, parce que c'est lui le chef. En plus tous ces copains chefs d'états gagnent encore plus que lui alors hein, camembert !
Mais je m'emporte, désolé.

Cela dit, certains trouvent cela normal est justifié.

Ca c'était pour l'objectivité ! Mais si... c'était objectif.

Ensuite on peut se poser une autre question : est-ce normal et raisonnable de faire ce genre de chose alors qu'on avait promis de réduire les dépenses de l'état, et que le pouvoir d'achat des français est sur la balance ?

A mon avis non bien sûr, et pour plusieurs raisons :
- D'abord, pourquoi ne pas baisser celui des autres ministres pour qu'ils soient en dessous de celui du président ?

- On sait aussi que le budget de l'Elysée est revue à la hausse dans le même temps. Il passe à plus de 100 millions d'euros (M€) alors qu'en 2002 il était encore d'environ 32 M€ (à cette époque il avait déjà été revue à la hausse car il était de 3 M€ en 1995, soit de plus de 3000% d'augmentation en 12 ans d'après M. Dosières).

- Ensuite, il sort d'une réunion importante sur le pouvoir d'achat des français (vous pouvez lire l'article de Daniel Cohen ou celui de Yves de Kerdrel pour vous éclairer sur la réalité de la chose) . "Je serai le président du pouvoir d'achat" disait-il... "Mais d'abord du mien" aurait-il du poursuivre.

Pour résumer je n'aime pas cette façon de faire, car prendre des mesures sans expliquer d'où elles viennent est une véritable pompe à rumeurs, surtout si en plus, on applique l'adage :
Fais ce que je dis, pas ce que je fais !