Le prix du tabac a augmenté 1/2

Le prix du tabac a augmenté oui, et du coup, au vue des réactions excessives, j'ai envie d'en parler un peu au travers de 2 articles.

Voici le premier.

Pourquoi quand un fumeur se sent agressé dans la pratique de son plaisir (je n'en connais pas beaucoup qui avoue ne fumer que par réflexe ou dépendance) se sent-il obligé, dans la plupart des cas, d'être agressif ?

Déjà, être pointé du doigt tous les jours doit-être fatiguant. Ensuite d'après eux, ce serait pour une histoire de liberté de fumer ou et quand ils le veulent. Je pourrais bien être d'accord si je n'y voyais pas un petit problème. A mon sens, la plupart des fumeurs sont irrespectueux et de mauvaise foi (vous êtes fumeur hein ! Ne niez pas, je sais que vous avez déjà envie de fermer cette page, en maugréant).

Je m'explique :
  1. certains vident leur cendrier dans le caniveau (on peut aussi bien s'arrêter près d'une poubelle publique pour le vider).
  2. tous ceux que j'ai pu voir jétent leur cigarette par terre (et si votre paquet vide vous servait de poubelle de poche ?).
  3. rare sont ceux qui écrasent leur cigarette avant ou après l'avoir jeté (les cigarettes fument encore après le départ du dépositaire... lui ne fume plus, nous oui ! Un comble).
  4. ils estiment que sentir la fumée de leur cigarette à plus de 5m c'est de la mauvaise foi (la cigarette, suivant le sens du vent, se renifle jusqu'à 10m et plus. Non ce n'est pas un caprice de "non-fumeur").
  5. ils pensent que "dehors" n'est pas un lieu public même si c'est un spectacle en plein air ou une terrasse de café (à partir du moment ou vous êtes entouré d'au moins un "non-fumeur", vous devriez prendre son avis en compte lorsque vous voulez allumer votre baton de fumée).
  6. et si la fumée dérange un "non-fumeur", il n'a qu'à pas rester là.
Pour le point 6 , je me dois de rédiger une double réponse. Si vous étiez sur les lieux avant le "non-fumeur" alors effectivement il ne peux s'en prendre qu'à lui-même et bouger de là. Par contre si c'est vous, fumeur qui arrivez sur un lieu ou personne ne fume (même si vous savez qu'il y a des fumeurs présents), alors vous devriez demander un avis général. Et c'est là ou vous démontrerez votre sociabilité en cas de refus de quelques-uns. Vous vous abstiendrez, et tous le monde se réjouira d'avoir sous les yeux un fumeur qui s'occupe de son entourage. On parlera de vous en des termes élogieux c'est sûr :
Tu te rends compte, il n'y avait qu'un "non-fumeur" et le type n'a pas allumé sa clop ! Moi j'en reviens pas, c'est tellement rare !
Si vous n'étiez pas aussi sans gène, on ne vous fustigerait pas.

Pour rappel : fumer n'est pas naturel (je n'ai pas dis que le tabac n'était pas naturel), et vous déséquilibrez la balance fragile qu'est votre corps.

Bon à part ça, qu'est-ce qu'on peut dire à un fumeur pour qu'il arrête ?
D'abord ne lui dites pas qu'il se détruit, le fumeur s'en fout, c'est son choix (dit-il) et sa liberté.
Il ne se rappelle plus, vraisemblablement qu'il a commencé à fumer contraint et forcer : "Si tu fumes pas avec les copains, t'es un naze" ou "Fumer donne l'air plus agé".
Non non, ne dites pas : "il raconte vraiment n'importe quoi !", mais demandez-vous plutôt quel était l'argument ou la situation qui vous a mis la cigarette entre les lèvres pour la première fois. Rappelez-vous à quel âge ça vous a pris. Et maintenant, avec le recul (et le plus honnêtement possible), demandez-vous si vous avez bien fait de vouloir faire comme les autres, ou de vouloir intégrer ce groupe d'ados "cool" qui fumait à la récré.

Il sera trop tard pour vous poser la question, lorsque vos petits-enfants demanderont à leur grand-mère : "Dis mamy, pourquoi il a tuyau dans la gorge papy ?" ou bien : "Dis mamy, il était comment papy ?"

Voulez-vous voir grandir vos enfants, vos petits enfants ? Avez-vous seulement pris conscience que votre vie allait évoluer vers une famille et une descendance. Mais peut-être avez-vous déjà une famille ! Alors que deviendra votre conjoint quand vous fermerez les yeux pour la dernière fois, sur votre lit d'hôpital à vous baver dessus en regardant la télé. Vous le laisserez seul, face à la fin de sa vie, et vous l'aurez fait de façon consciente... pas à cause d'un accident.

Le cancer ne touche pas tous les fumeurs, mais joueriez-vous à la roulette russe sous prétexte que vous avez 5 chances sur 6 de survivre ? Je prend le pari que non.

Sources
stop-tabac.ch
wikipedia.org