L'équilibre des libertés

La liberté des uns s'arrête ou commence celle des autres.

Observons un problème illustrant le mieux cette maxime, tel que la "guerre" fumeurs/non fumeurs afin de l'analyser (mais vous verrez que c'est applicable à une multitude d'autres conflits).

D'un côté, ceux qui veulent être libre de fumer ce qu'ils veulent ou ils veulent. Un des arguments contre les interdictions est que la pollution fait autant, voire plus de mal, et qu'une telle décision serait digne d'un régime totalitaire. C'est pas faux.

De l'autre, il y a ceux qui ne veulent pas être obligé de respirer un air vicié, en plus des gaz d'échappement, faire tourner une machine de linge et de se laver les cheveux après avoir été au resto. Restons objectif, la fumée s'incruste partout, c'est un fait pas un fantasme. Inutile de crier, continuons.

Pour donner un éclairage différent à cette "guerre" précédemment citée, je donnerai un exemple (les plus extrémistes diront qu'on en a rien à battre de mon avis. Peut-être mais c'est mon espace d'expression, na).

Donc observons une scène fictive :
Je sors de chez moi avec un ami, il ne fait rien, je ne fait rien, pas d'actions. Personne ne risque donc pas de restreindre la liberté de qui que soit...(à la limite on se fait chier à deux)

Si j'allume une cigarette, JE fais donc une action, JE perturbe un équilibre existant (une balance vide est par défaut en équilibre. Si vous ajoutez un poids, par votre action vous engendrez un déséquilibre). Si je ne me suis pas interrogé sur la direction du vent et la position de mon ami par rapport à ce paramètre, il y a un risque que je restreigne SA liberté à lui de respirer un air sans cigarette (même si vous hurlez devant votre écran que la voiture d'à côté pollue plus, il est évident qu'en faisant cela j'ai fais intervenir un évènement qui restreint encore le peu de marge qu'avait mon ami de respirer sainement). Mais si, au contraire, je l'ai allumé, d'une part en lui demandant si ça ne le déranges pas et d'autre part en prenant soin de souffler ma fumée dans la direction opposée afin de ne pas le gêner, je suis libre de fumée ou j'en ai envie.

Mais nous touchons là au coeur du problème puisque vous allez me dire (si si, je vous entend d'ici) :
"JE ne peux pas fumer ou je veux puisqu'il y a un non fumeur à côté de moi, c'est donc lui qui m'empêche de fumer et qui restreint ma liberté !"
C'est là ou la course à la liberté, en ces temps de restrictions, a fausser notre jugement. C'est celui qui induit le déséquilibre qui porte la responsabilité de celui-ci. Rappelez-vous :
pas d'action, pas de déséquilibre

Revenons maintenant sur cette "guerre". Si les gens qui "induisent" des déséquilibres voulaient bien se responsabiliser et respecter les équilibres, en gros, les autres (et encore une fois je ne parle pas QUE de cigarette, qu'on soit bien d'accord - voir mon article sur les poubelles), des lois liberticides comme celles "pondues" contre les fumeurs, n'auraient jamais vues le jour.

Attendez-vous à pire, car les lois contre l'antisémitisme, l'homophobie ne sont que le début. Ce matin même j'ai entendu le terme de racisme utilisé pour les obèses victimes de discrimination.

Soyez attentifs car internet, ce nouvel espace de liberté, dérange, et est déjà victime d'attaque (en chine par exemple).

Si l'humain ne se sert de son cerveau que pour choisir entre Housse-wives et Prison beurk, alors il mérite ce qui lui pend au nez... l'abolition totale de ses libertés.