La publicité serait-elle envahissante 1/2 ?

Avant que vous vous mettiez à acheter le "petit quotidien" cher sapiens, c'était plutôt tranquille. Vous alliez chasser, preniez du plaisir derrière les buissons et finissiez vos vies vers 20ans, entre une chasse au mammouth et un rhume pas soigné. Mais vous avez évolué (ce sera la seule gentillesse de ce billet). Vous avez appris à COM-MU-NI-QUER. D'abord par la voix puis par le dessin, l'écriture et la lecture (mais communiquer entre nous, on aime pas ça... trop compliqué). Ah oui ce n'est pas tout, vous avez appris à communiquer mais aussi à vendre.

Pour ce faire vous avez donc inventé la publicité. Aaaaah voilà une invention qui a fait progresser l'Humanité...comme les revues porno. Mais si mon bon monsieur ! Que serions-nous devenu sans la publicité et les revues porno... que feriez-vous sans ces demoiselles dévétues offertes aux regards de toutes et tous sur les murs et les vitrines. Moi je vous dis, l' "Homo sapiens sapiens" est une machine à inventer "des trucs de ouf".

Mais revenons à nos moutons (pas les moutons de panurge hein, ça c'est vous). Dans l'antiquité donc, c'était par voie d'affichage, puis au travers de la presse écrite (fin XIXè siècle), puis vint la radio (fin des années 20) et la télévision (années 60). C'est désormais sur internet (mi 90) que la publicité se développe. Elle est donc omniprésente depuis pas loin de 2000 ans...voire plus (Eh oui ! C'est "flipant" hein ?).

D'affiches artistiques finement ouvragées annonçant les combats de gladiateurs, vous êtes passés à des messages publicitaires élaborés par des équipes de spécialistes ventant les mérites du dernier anti-celullite (mais si, celui à 60 euros les 100ml, qui marche que par temps de pluie les jours de pleine de Lune) et ce, grâce à des études régulièrement faites dans des domaines très variés. Cette évolution dans un but simple, rester proche des besoins des consommateurs et leur offrir ce qu'ils attendent.
D'ailleurs la définition du petit robert de 1955 ne définit-elle pas la publicité par un :
Ensemble des moyens de communication destinés à faire connaître un bien, un produit ou un service, et d'inciter le public à l'acquérir, par un moyen de communication de masse.

40 ans plus tard, la publicité devient un Art, c'est Larousse qui le dit. Tiens, au fait on parle "d'incitation" dans cette définition
(du verbe inciter: pousser à, entrainer à. En gros on vous force un peu la main). Ben oui ! Parce qu'en fait d'études, se sont de véritables recherches qui sont menées par des légions d'experts pour vous "pousser" à acheter.
Les domaines de recherches sont très nombreux pour optimiser cette incitation, en voici une liste non exhaustive :
  1. les couleurs (certaines couleurs rassurent, d'autres excitent)
  2. les formes (comme les symboles)
  3. la culture (lecture de droite à gauche, de haut en bas)
  4. la sémantique (les mots utilisés sont très important)
  5. la sociologie (le comportement des masses)
  6. la psychologie (telle situation touche telle émotion)
  7. la neurologie (faire en sorte que vous captiez le message)
Tout ceci les sapiens, afin de vous pousser à acheter le produit, et non comme on se plait à le croire, pour répondre à vos besoins. Car on jongle devant vos cerveaux tout embrouillés avec des mots comme : besoin et envie. On peut avoir besoin de certains poduits pour des raisons de survie (boire, manger, avoir chaud, etc), mais la publicité tend à vous proposer les produits dont vous avez envies et non ceux dont vous avez besoins (nouvelles paires de chaussures - parce que les bleus ne sont plus à la mode - ou le nouvel écran plat - pour la coupe du monde... non, parce que l'ancien était grand mais pas assez)

Et pour justifier de l'argent dépensé par eux dans les études et par vous dans vos achats parfois inconsidérés, nos experts préfèrent parler du principe fondamental du commerce qu'est "l'offre et la demande". Mais dans le cadre d'une campagne publicitaire (notez que l'on parle bien de "campagne", comme lorsque l'on mène une guerre) vous devriez plutôt lire "incitation à la consommation".

Fin de la première partie.
Dans le prochain épisode, je tenterai de détailler les méthodes d'incitation énoncées plus haut.